Kalliope - Le blog

Actualités

Extension significative du champ d’application de l’arbitrage par la loi J21

Lundi, 05 décembre 2016 10:05

La loi n°2016-147 du 18 novembre 2016 dite « de modernisation de la Justice au XXIe siècle » (« J21 ») a substantiellement modifié l’article 2061 du Code civil relatif à la clause compromissoire, créant ainsi une petite révolution en matière d’arbitrage.

Pour mémoire, avant cette réforme, la clause compromissoire n’était valable que si elle était conclue entre des professionnels.

Désormais, aux termes du premier alinéa de l’article 2061, tel que réformé :

« La clause compromissoire doit avoir été acceptée par la partie à laquelle on l'oppose, à moins que celle-ci n'ait succédé aux droits et obligations de la partie qui l'a initialement acceptée. »

lire la suite


Le « legal privilege » du juriste américain inopposable aux mesures avant procès réalisés en France

Lundi, 28 novembre 2016 11:44

La Cour de cassation vient rappeler dans un arrêt récent publié au Bulletin (Civ., 1ère, 3 novembre 2016, n°15-20495) que seul le secret professionnel de l’avocat peut faire échec à une mesure de communication de documents avant procès.

lire la suite


Réaffirmation du caractère d’ordre public du lien d’indivisibilité existant entre créancier, débiteur et mandataire judiciaire en matière d’admission des créances

Mardi, 15 novembre 2016 20:17

En matière d'admission des créances, le créancier, le débiteur et le mandataire judiciaire sont unis par un lien d’indivisibilité.

 

Cette indivisibilité exige, conformément à l’article 553 du Code de procédure civile, que l’appel d’une décision d’admission de créance rendue par le juge commissaire soit formé par le créancier ou le débiteur ou le mandataire à l’encontre de toutes les autres parties, sous peine d’irrecevabilité.

 

A défaut, l’appel interjeté sera frappé d’une fin de non-recevoir qui devra obligatoirement être relevée d’office par le juge d’appel.

 

La Cour de Cassation a récemment eu l’occasion de le réaffirmer, en particulier s’agissant de l’absence de mise en cause du débiteur et ce, qu’une telle omission émane du liquidateur (Cass. Com. 13 septembre 2016, n°14-28.304, inédit) ou, comme dans l’arrêt rendu ce jour par la même chambre, du créancier.

 

Dans cette dernière affaire, un créancier avait relevé appel d’une décision d’admission de sa créance en intimant le liquidateur judiciaire et les personnes physiques à l’égard desquelles la procédure avait été étendue pour confusion de patrimoine, mais en omettant d’y attraire le débiteur.

 

Par un arrêt de principe du 15 novembre 2016 (14-29.885), jouissant d’une large publication (PBI), la Haute Juridiction réitère qu’en pareille hypothèse le juge d’appel était tenu de relever d’office l’irrecevabilité de l’appel.

 

Pour plus d’information, n’hésitez pas à contacter Karen Leclerc (kleclerc@kalliope-law.com).

 

Pour accéder à l’arrêt Com. 13/09/16, cliquez ici.

Pour accéder à l’arrêt Com. 15/11/16, cliquez ici.

lire la suite


Retour sur le nouveau régime des Tribunaux de commerce spécialisés à la lumière de la circulaire du 27 juillet 2016 relative à la compétence de certains tribunaux de commerce

Mardi, 15 novembre 2016 18:29

La circulaire du 27 juillet 2016, publiée le 31 août 2016, relative à la compétence de certains tribunaux de commerce, explicite le régime du nouvel article L. 721-8 du Code de commerce (ci-après « C.com. ») introduit par la loi n°2015-990 du 6 août 2015, dite loi Macron.

Pour mémoire, ce nouvel article institue des tribunaux de commerce spécialisés (ci-après « TCS »), compétents lorsque le débiteur exerce une activité commerciale ou artisanale et répond à certaines conditions tenant notamment au nombre de salariés, au chiffre d’affaires net, ou au contrôle exercé sur une autre société, au sens des articles L. 233-1 et L. 233-3 C.com.

La circulaire commentée rappelle que ce nouvel article est applicable à toutes les procédures ouvertes à compter du 1er mars 2016 et qu’il n’existe pas, en principe, de mécanisme de transfert des procédures déjà en cours à cette date devant les Tribunaux de commerce antérieurement compétents.  

En revanche, la loi exclut du dispositif des TCS les collectivités et départements d’outre-mer (article L. 732-8).

La circulaire met plus particulièrement l’accent sur les trois cas de saisine des TCS.

Ainsi, il est rappelé que la saisine obligatoire (article L. 721-8 C.com.) est applicable aux procédures de conciliation, de sauvegarde, de redressement et de liquidation judiciaires lorsque des critères précis définis par la loi et permettant de cibler la complexité ou l’enjeu social élevé du dossier sont remplis.

La saisine facultative (article L. 622-2  C.com.) a quant à elle vocation à s’appliquer lorsqu’une Cour d’appel, ou la Cour de cassation, considérant que les intérêts en présence le justifient, décide de renvoyer l'affaire devant un TCS pour connaître du mandat ad hoc, de la procédure de conciliation ou des procédures de sauvegarde, de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire. Aucune disposition particulière n’étant prévue par la loi Macron à ce sujet, la circulaire précise que les cas de saisines facultatives sont applicables même aux procédures en cours avant le 1er mars 2016.

Enfin, la saisine conditionnelle (article L. 662-8 C.com.) concerne l’hypothèse d’une procédure préalablement ouverte devant un tribunal de commerce concernant une société détenue ou contrôlée, au sens des articles L. 233-1 et L. 233-3 C.com., par une société qui fait l’objet elle-même d’une procédure devant un TCS. Par exception, un regroupement des procédures aura lieu et le TCS aura la possibilité de désigner un administrateur et un mandataire judiciaires communs, bien qu’ils n’aient plus de mission de coordination, comme cela était le cas antérieurement.

En cas de difficultés, les éventuelles exceptions d’incompétence devront être soulevées conformément au Code de procédure civile. En conséquence, une des parties à l’instance pourra soulever l'incompétence du tribunal si elle estime que l’affaire relève de la compétence d’un TCS. Si aucune des parties ne soulevait cette incompétence alors que l’affaire relève manifestement d’un TCS, il appartiendra au ministère public de le faire.

Enfin, le décret du 26 février 2016 n°2016-217 fixe la liste et le ressort des TCS. On notera avec intérêt  que le TCS de Paris est compétent pour les sociétés ayant leur siège dans le ressort des Tribunaux de commerce de Chalons en champagne, Paris, Reims, Sedan et Troyes.

Les acteurs économiques et les professionnels du droit, confrontés à ces questions, devront donc faire preuve de vigilance et prendre en considération les modifications apportées par la loi Macron et ses décrets d’application afin de ne pas aller au-devant de problèmes de compétence.

Pour plus d’information, n’hésitez pas à contacter Nicolas Contis (ncontis@kalliope-law.com) ou Karen Leclerc (kleclerc@kalliope-law.com).

Pour accéder au texte de la circulaire, cliquez ici.

 

lire la suite


Actualité des sites et sols pollués

Mardi, 15 novembre 2016 17:23

Lorenzo Balzano, associé du département Immobilier & Environnement, représente Kalliopé lors de la Journée technique d'information et de retour d'expérience de la gestion des sites et sols pollués, organisée le 15 novembre 2016 par l'Institut National de l'Environnement Industriel et des Risques et le Bureau de Recherches Géologiques et Minières, en concertation avec le Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer.

 

 

lire la suite


Aéroport NDDL: rejet des recours par la CAA Nantes

Lundi, 14 novembre 2016 22:20

Les appels interjetés par différentes associations et personnes physiques à l'encontre des jugements du Tribunal administratif de Nantes du 17 juillet 2015 qui avait rejeté l'ensemble de leurs recours dirigés contre (i) les autorisations "Loi sur l'eau" et "Espèces protégées" de l'Aéroport et de sa desserte routière, et (ii) contre la déclaration d'utilité publique de travaux d'accompagnement routier, ont à leur tour été rejetés par la Cour administrative d'appel de Nantes par plusieurs arrêts de ce jour. 

 

 

lire la suite


Res Judicata and occurrence of new facts

Mercredi, 26 octobre 2016 16:35

  Pour découvrir le nouvel article de l'équipe Contentieux de Kalliopé sur ILO, cliquez ici.

lire la suite


Relations commerciales établies : La rupture peut être prévisible et brutale à la fois.

Mardi, 25 octobre 2016 11:15

Par une décision du 6 septembre 2016 (n°14-25.891), la chambre commerciale de la Cour de cassation affirme que le caractère prévisible de la rupture d’une relation commerciale établie n’exclut pas nécessairement sa brutalité au sens de l’article L. 442- 6, I, 5° du Code de commerce.

lire la suite


Le Tribunal de l’Union Européenne valide l’utilisation d’enregistrements téléphoniques secrets comme moyen de preuve dans une enquête de concurrence

Lundi, 17 octobre 2016 10:03

Dans une décision « Goldfish » du 8 septembre 2016, le Tribunal de l’Union Européenne a validé l’utilisation d’enregistrements téléphoniques secrets comme moyen de preuve par la Commission Européenne.

lire la suite


Contentieux éolien : rappel sur l’appréciation de l’intérêt à agir par le juge administratif et sur l’importance des règles locales d'urbanisme

Mercredi, 12 octobre 2016 11:45

Par une décision du 8 juillet 2016 (CE 8 juillet 2016, Sté Eco Delta Développement, n°376344), le Conseil d’Etat rappelle les conditions dans lesquelles doit s’apprécier l’intérêt à agir dans le cadre d’un contentieux éolien de personnes physiques et d’une association dont les statuts ne précisent pas le ressort géographique. Sur le fond, cette décision rappelle également l’importance pour les porteurs de projet de vérifier que leur projet est compatible avec l’ensemble des règles des documents locaux d’urbanisme.

Quatre requérants personnes physiques ainsi que l’association Chabannaise pour la qualité de vie demandaient au tribunal administratif de Marseille l’annulation de l’arrêté du 23 février 2007 par lequel le préfet des Alpes-de-Haute-Provence avait délivré un permis de construire pour un parc éolien composé de cinq mats.

lire la suite


Pages :


x
Envoyer ce lien à un ami