Kalliope - Le blog

Actualités

L'équipe "Contrats et contentieux commercial" de Kalliopé à nouveau distinguée dans Legal 500

Mercredi, 25 novembre 2020 16:52

L'équipe "Contrats et contentieux commercial" de Kalliopé codirigée par Nicolas Contis, Karen Leclerc et Julie Gayrard est pour la deuxième année consécutive distinguée dans la dernière édition de Legal500.

Elle y est décrite comme "Une petite équipe pleinement dévouée à ses clients et très concentrée sur les problèmes les plus sensibles, avec un niveau élevé d’expertise. Elle est très compétente pour élaborer une stratégie et la mettre en œuvre en relation étroite avec ses clients et les autres avocats impliqués."

Toute l'équipe "Contrats et contentieux commercial "de Kalliopé tient à remercier ses clients pour leur confiance et leur fidélité.

 

lire la suite


Kalliopé, reconnue par le magazine Décideurs comme experte en droit de l'énergie et de l'environnement

Lundi, 16 novembre 2020 16:52

Le magazine Décideurs, dans son numéro spécial "Énergie, environnement & ressources naturelles" a nommé les départements "Energie" et "Environnement" de Kalliopé dirigé par Jocelyn Duval et Lorenzo Balzano comme acteurs de référence dans les domaines suivants:

-Contentieux de l'environnement (forte notoriété)
-Droit des énergies renouvelables (forte notoriété)
-ICPE, sites et sols pollués, friches industrielles (forte notoriété)
-Droit des déchets & économie circulaire (forte notoriété)
-Droit de l'eau et de l'assainissement (forte notoriété)
 

lire la suite


Solaire: le gouvernement dépose un amendement visant les contrats d'achat conclus entre 2006 et 2010

Lundi, 09 novembre 2020 19:49

Lors d’un point presse du 29 octobre 2020, le Ministère de la Transition écologique avait annoncé qu’un amendement au projet de loi de finances 2021 allait être déposé visant à modifier de manière rétroactive les tarifs fixés par les contrats d’obligation d’achat pour les installations photovoltaïques de puissance supérieure à 250 kW, conclus entre 2006 et 2010.

Le gouvernement a finalement déposé l’amendement attendu le samedi 7 novembre, et inscrit dans la loi de finances, le principe d’une renégociation des contrats conclus en application des arrêtés du 10 juillet 2006, du 12 janvier 2010 et du 31 août 2010: Amendement n°II-3369

Le dispositif passera également par l’adoption d’un décret en Conseil d’Etat précisant les modalités de sa mise en œuvre, ainsi que la publication d’un nouvel arrêté tarifaire pris par les ministres des Finances et du Budget fixant le nouveau tarif applicable en fonction des caractéristiques techniques de l’installation, de sa date de mise en service et de ses conditions de fonctionnement.

 

Pour justifier la remise en cause de ces contrats en cours, le Gouvernement s’appuie sur la rentabilité qu’il juge excessive des contrats d’achat conclus sur le fondement des trois arrêtés précités, qui serait contraire à l’article 10 de la loi n° 2000-108 du 10 février 2000, ainsi que sur la charge financière, évaluée à 2 milliards d’euros chaque année, que représenteraient ces installations sur le financement global des énergies renouvelables.

L’amendement introduit également une clause de sauvegarde au bénéfice des installations pour lesquelles son application serait susceptible de compromettre la viabilité du producteur. Une demande d’aménagement devra cependant être déposée par chaque producteur qui fera l’objet d’un examen au cas par cas par l’Etat.

 

Les acteurs de la filière, qui avaient tentés d’engager des discussions avec le gouvernement suite aux premières annonces intervenues cet été par voie de presse, dénoncent cette remise en cause de contrats conclus depuis plusieurs années et les conséquences négatives de cette mesure pour les producteurs qui ont investi pour ces projets à des coûts supérieurs à ceux constatés aujourd’hui.

Enfin, ils soulignent le danger que représente un tel dispositif, sans précédent, qui aura pour effet de fragiliser la sécurité des contrats d’achat d’électricité et qui pourrait accroître le risque perçu par les investisseurs pour l’ensemble des nouveaux projets de production d’énergie renouvelable.

Les acteurs concernés ont publié une tribune ce 6 novembre dans le Journal du Dimanche pour faire part à l’Etat et au public de leurs inquiétudes :

https://www.lejdd.fr/Economie/pas-de-relance-sans-confiance-durable-4003870

lire la suite


Jocelyn Duval distingué par la revue "Best Lawyers " pour son expertise en droit public

Lundi, 26 octobre 2020 15:40

La revue américaine  "Best lawyers" distingue Kalliopé et plus particulierement Jocelyn Duval, pour son expertise en droit public, après avoir recompensé Kalliopé dans les domaines du droit de l'environnement, des fusions & aquisitions et du contentieux.

lire la suite


Kalliopé à nouveau distinguée en droit public et administratif dans le nouveau classement Legal500!

Jeudi, 22 octobre 2020 11:37

Kalliopé est à nouveau distinguée cette année par le guide Legal 500 2020/21pour son expertise en droit public et administratif
L’équipe du département "Droit public", dirigée par Jocelyn Duval tient à remercier son équipe et ses clients pour leur confiance et leur fidélité.

lire la suite


Clarification du Conseil d'Etat sur l'incidence de l'illégalité d'un document d'urbanisme sur une autorisation d'urbanisme

Vendredi, 09 octobre 2020 18:13

A titre de rappel, l’article L.600-12-1 du code de l’urbanisme, créé par la loi n°2018-1021 du 23 novembre 2018 dite « Loi Elan », vise à renforcer la sécurité juridique des autorisations d’urbanisme en évitant qu’elles ne soient systématiquement annulées du fait de l’illégalité d’un document local d’urbanisme dès lors que cette illégalité est prononcée sur le fondement d’un motif étranger aux règles applicables au projet.

Toutefois, la mise en œuvre de cet article a pu soulever des difficultés d’interprétation et d’application, notamment vis-à-vis de l’article L. 600-12 du code de l’urbanisme qui prévoit la remise en vigueur du document d’urbanisme immédiatement antérieur à celui ayant fait l’objet d’une annulation ou d’une déclaration d’illégalité.

En ce sens, le Conseil d’Etat a été saisi d’une demande d’avis par la Cour administrative de Douai et a rendu, le 2 octobre 2020, une grille de lecture de l’article L. 600-12-1 susvisé ainsi qu'une interprétation de l'application de l'article L. 600-12 (CE, 2 oct. 2020, avis n° 436934).

 

En premier lieu, le Conseil d’Etat définit la notion de « motif étranger aux règles d’urbanisme » qui détermine, le cas échéant, si l’article L. 600-12-1 peut s’appliquer et priver d’incidence l’annulation ou la déclaration d’illégalité du document d’urbanisme correspondant.

Ainsi, le Conseil d’Etat considère que le juge doit opérer une distinction selon que le motif d’annulation du document d’urbanisme est tiré d’une illégalité externe ou interne.

  • S’il s’agit d’un motif d’illégalité externe, il sera par principe considéré comme un « motif étranger aux règles d’urbanisme » qui rend l’annulation du document d’urbanisme sans incidence sur l’autorisation d’urbanisme, à moins que l’illégalité externe ait été de nature à exercer une influence directe sur une règle applicable à cette autorisation d’urbanisme.
  • S’il s’agit d’un motif d’illégalité interne, il ne sera pas, en principe, considéré comme un « motif étranger aux règles d’urbanisme », sauf s’il concerne une règle qui n’est pas applicable à l’autorisation d’urbanisme.

En deuxième lieu, le Conseil d’Etat détermine, au regard de l’article L. 600-12, les règles applicables en cas d’annulation ou de déclaration d’illégalité du document d’urbanisme pour un ou plusieurs motifs non étrangers aux règles applicables au projet en cause en fonction de trois situations :

  • Si le ou les motifs d’illégalité affecte(nt) la totalité du document d’urbanisme, l’appréciation de la légalité de l’autorisation d’urbanisme devra se faire au regard de l’ensemble du document local immédiatement antérieur ;
  • Si le ou les motifs affecte(nt) seulement une partie divisible du territoire régi par le document d’urbanisme, l’appréciation de la légalité de l’autorisation d’urbanisme délivrée sur ce territoire devra se faire au regard des dispositions du document local immédiatement antérieur relatives à cette partie du territoire ;
  • Si le ou les motifs affecte(nt) seulement certaines règles divisibles du document local d’urbanisme, l’appréciation de la légalité de l’autorisation d’urbanisme devra se faire au regard du document immédiatement antérieur pour les seules règles équivalentes nécessaires pour assurer le caractère complet et cohérent du document ; étant précisé qu’une disposition du règlement écrit ou une partie du document graphique est  « divisible » seulement si le reste du plan local d’urbanisme forme, avec les éléments du document immédiatement antérieur, un ensemble cohérent et complet.  

En troisième et dernier lieu, et dans la droite ligne de sa jurisprudence antérieure (CE, 7 février 2008, n°297227), le Conseil d’Etat précise que, dans l’hypothèse où un document immédiatement antérieur est remis en vigueur en tout ou partie en raison d’un motif d’illégalité non étranger aux règles d’urbanisme applicables au projet (de sorte que l’article L. 600-12-1 est inapplicable), « le moyen tiré de l'exception d'illégalité du document local d'urbanisme à l'appui d'un recours en annulation d'une autorisation d'urbanisme ne peut être utilement soulevé que si le requérant soutient également que cette autorisation méconnaît les dispositions pertinentes ainsi remises en vigueur ».

lire la suite


Illégalité de l'autorisation d'exploiter un parc éolien pilote en Méditerranée

Vendredi, 09 octobre 2020 10:29

Par un arrêt du 6 octobre 2020, la Cour administrative d’appel de Nantes a jugé illégale l’autorisation environnementale, délivrée au titre de la loi sur l’eau, pour la construction et l’exploitation d’un parc éolien flottant en méditerranée, au large de la commune de Port-Saint-Louis-du-Rhône.

La Cour ouvre cependant à la société titulaire de l’autorisation la possibilité de régulariser les vices relevés et sursoit à statuer sur la demande des deux associations requérantes.

Les vices relevés ne sont pas de simples irrégularités de procédure et ils sont l’occasion pour le juge de rappeler les principes entourant l’appréciation de la légalité d’un projet au regard des dispositifs communautaires et législatifs ayant pour objet la sauvegarde des espèces protégées.

 

lire la suite


Modification « post-Lubrizol » de la réglementation des installations classées

Jeudi, 08 octobre 2020 15:16

Au Journal Officiel du 26 septembre 2020, sont parus sept textes relatifs à la nomenclature des installations classées et à la réglementation applicable en particulier aux entrepôts couverts, aux installations SEVESO, aux liquides inflammables et combustibles ou encore à la prévention d’accidents majeurs.
Ces textes interviennent un peu plus d’un an après l’incendie de « Lubrizol », et en tirent les conséquences tant en matière de prévention que de gestion d’accidents majeurs.

 

Les entrepôts :

Les installations Seveso :

Les liquides inflammables et combustibles :

Toutes ces installations de façon transversale :

 
Ces textes prévoient notamment que l’appréciation du classement ICPE tienne compte de l’entrepôt dans son ensemble, renforcent les prescriptions applicables aux entrepôts couverts ainsi qu’au stockage de substances dangereuses, clarifient les informations qui doivent être obligatoirement échangées entre des installations SEVESO et les activités à proximité ou tenues à la disposition du public, ou encore précisent les « plans d’opération interne » à mettre en œuvre à l’issue d’un accident majeur ainsi que la mise en place d'un outil d'alerte de la population via les téléphones portables.


Enfin, ils sont applicables aux installations nouvelles à compter du 1er janvier 2021 et, pour certaines de leurs dispositions, comprennent des modalités d’application spécifiques aux installations existantes (dont, par exemple, des obligations de mise en conformité au 1er janvier 2026).

lire la suite


Parcs éoliens : Rejet d’une demande indemnitaire pour trouble anormal de voisinage

Jeudi, 08 octobre 2020 11:28

Des particuliers habitant à proximité d’un parc éolien en exploitation, ont saisi le juge d’une action indemnitaire pour trouble anormal de voisinage, s’appuyant notamment sur les nuisances occasionnées par le parc éolien et la dépréciation de la valeur vénale de leur propriété.

La Cour de cassation confirme l’appréciation portée par la Cour d’appel qui a exclu le trouble anormal de voisinage en constatant que les installations respectent bien la réglementation en vigueur concernant la distance vis-à-vis des habitations et les seuils des émissions sonores de jour, comme de nuit. Elle observe également qu’en l’espèce, les nuisances sont réduites par la présence d’un bois formant un écran visuel et sonore entre les éoliennes et les habitations, le tout au sein d’un « paysage rural ordinaire ».

La Cour de cassation rappelle enfin que nul n’a un droit acquis à la conservation de son environnement et que les troubles de voisinages s’apprécient en fonction des droits respectifs des parties. La Cour d’appel a donc pu, à bon droit, estimer qu’une modification de l’environnement général des propriétés emportant une dépréciation de 10 à 20% de leurs valeurs vénales ne constitue pas un trouble anormal de voisinage, « eu égard à l'objectif d'intérêt public poursuivi par le développement de l'énergie éolienne ».

Cette décision d’espèce confirme le degré d’exigence assez élevé du juge judiciaire pour reconnaitre les troubles anormaux de voisinage en présence d’installations et d’ouvrages collectifs, tels que les éoliennes.

Enfin, force est de constater que si la Cour de cassation n’exclut pas complètement qu’une action en indemnisation fondée sur la théorie des troubles anormaux de voisinage engendrés par un parc éolien puisse prospérer, en revanche, elle avait déjà écarté la possibilité pour le juge judiciaire de se prononcer sur une demande tendant à l’enlèvement d’éoliennes exploitées sur ce même fondement, qui relève de l’exercice des pouvoirs de police administrative et donc du juge administratif (Civ1, 25 janvier 2017 ; n°15-25526)

 

Cour de cassation, civile, Chambre civile 3, 17 septembre 2020, 19-16.937, Inédit

lire la suite


Kalliopé, acteur de référence en Capital-développement et Capital-Innovation

Vendredi, 02 octobre 2020 16:16

Le département Corporate de Kalliopé, dirigé par Tanguy d'Everlange a été nommé par le magazine Décideurs dans son numéro special "Capital Investissement" comme acteur de reference dans les domaines suivants:

- Capital - développement (pratique réputée)
- Capital - innovation (forte notoriété)

lire la suite


Pages :


x
Envoyer ce lien à un ami